Esplanade Jean Jaurès : les limites de l’urbanisme d’opportunisme

Alors que les travaux sur les allées Jean Jaurès doivent s’achever avant la fin de l’année, la mairie de Toulouse a décidé de lancer, pour la deuxième fois, un appel à projet nommé «Imagin’Ramblas» afin de trouver des solutions pour que cet espace soit animé…

Si la première tentative s’est révélée infructueuse, les lauréats ayant finalement déclaré forfait, aucun élément nouveau ne nous permet d’être aujourd’hui optimistes. Cet échec conforte l’idée que ce projet n’est le fruit d’aucune vision globale en amont, mais en réalité guidé par la volonté de faciliter la construction d’un parking de 400 places dont la gestion a été attribuée à Indigo.
Le réaménagement de l’espace public a indéniablement un impact sur les usages : de sa conception dépend sa façon de fonctionner. Le réaménagement des allées Jean-Jaurès aurait eu du sens dans une réflexion globale, intégrant notamment l’évolution des boulevards, le développement des transports en communs et des modes doux, … la réflexion sur le lien entre le quartier de Toulouse Euro-Sud-Ouest et le centre-ville historique.
Or, se soucier de l’appropriation de cet espace à l’achèvement des travaux soulève nombre d’inquiétudes hélas justifiées. Nous avions déjà exprimé nos réticences sur ces pseudos ramblas, qui perdurent : comment imaginer un usage apaisé sur une esplanade très étroite, bordée de voies de circulation, et qui n’est pas un cheminement naturel ?