Toulouse Euro Sud-Ouest et Tour Occitanie : urbanisme d’opportunisme ?

Le projet Toulouse Euro Sud Ouest dont fait partie la Tour Occitanie est symptomatique de la façon dont la Municipalité conçoit les projets urbains.

TESO qui peut (et doit !) devenir un très beau projet, risque d’engendrer le pire, par manque de concertation et d’études préalables. L’absence de prise en compte des réflexions des habitants risque de les faire fuir alors qu’ils sont très attachés à leur quartier. La possibilité de voir se multiplier les immeubles de 60 mètres autour de la Gare inquiète riverains et commerçants du quartier. Ce projet peut également, si l’on n’y prend pas garde, déséquilibrer totalement le centre-ville. Les 35 000 m² de commerces prévus peuvent notamment déstabiliser le commerce existant. Tout semble être fait pour rentabiliser le moindre mètre carré au détriment du bien vivre des habitants et aux profits des promoteurs.

En ce qui concerne la Tour Occitanie, la Municipalité a battu tous les records de vitesse en matière de procédures administratives. En moins de temps qu’il suffit pour le dire, elle a proposé un concours d’architecte, retenu un lauréat, trouvé un maitre d’œuvre. A croire que le projet lui avait été livré tout fait par un promoteur privé. Elle n’a pas hésité à modifier le Plan Local d’Urbanisme pour que la tour puisse atteindre la hauteur de 150 mètres et pour que celle-ci soit exemptée de logements sociaux et de stationnement vélos. Sans parler des zones d’ombres sur le coût réel des aménagements qu’il faudra opérer et surtout sur qui devra les prendre en charge. Tout semble indiquer que cela retombera encore une fois sur les collectivités et les partenaires publics c’est-à-dire sur les toulousaines et les toulousains.

Sur ce projet encore et toujours, riverains et associations de quartier ont complètement été ignorés.

Heureusement l’Etat a imposé une commission d’enquête pour que les toulousaines et les toulousains puissent s’exprimer sur ce projet pharaonique qui impactera à minima près de 50 000 personnes. Il est capital d’y participer pour que s’expriment les différents avis.

Le  projet TESO, structurant pour le Toulouse de demain doit émerger progressivement, phase par phase, pour qu’il s’inscrive dans le temps en tenant compte des avis de celles et de ceux qui vont le vivre au quotidien.