Dessine-Moi Toulouse …et je te la vends

Dessine moi Toulouse ! Quel intitulé sympathique ! Le tutoiement est  convivial, le global du « Toulouse » plutôt que «  des projets  pour Toulouse », laisse entendre une cohérence, et le petit plus, la  référence au Petit Prince apporte le brin de poésie qui fait rêver… Oui, mais ça, c’est la com ! Que de la com !  La réalité est toute autre

A travers ce concours, la municipalité se défausse de son rôle d’aménageur urbain et confie à des opérateurs privés, dont les compétences ne peuvent pas substituer à la puissance publique de dessiner, « leur pièce de puzzle ». Au contraire de la cohérence sous entendue, rien ne permet de dire qu’elles feront partie d’un même puzzle !  

Oui,  nous avons participé aux ateliers de « Dessine-moi Toulouse » afin d’apporter nos contributions aux futurs projets. Mais quelle déception ! Sous le vocable, « de nouveaux modèles économiques viables »   c’est bien la recherche de financeurs qui a pris le pas sur la recherche de projets répondant aux intérêts, aux attentes  des Toulousain.e.s dans leur diversité. C’est aussi capital pour fixer des objectifs ambitieux et cohérents   en matière d’équipements publics, d’habitat, d’usage partagé de l’espace public, de commerce et d’économie…. 

 Et puis, on a vu les règles du jeu changer en cours de discussions, notamment sur le projet du petit palais des sports et plus globalement sur le site de Compans…nous y reviendrons ! 

Quant à la concertation, la démarche « participative » comme le dit le maire, là encore, la com ne peut masquer la mascarade qu’elle a représenté dans bien des cas ! Les Toulousain.e.s ne sont pas dupes. Toulouse mérite mieux !