Esplanade des allées Jean-Jaurès : pour quels usages ?

Le 14 janvier 2016, Jean-Luc Moudenc annonce son projet d’esplanade sur les allées Jean-Jaurès.
Le 19 janvier, soit 5 jours plus tard, Indigo (ex-Vinci) rafle la gestion de la plupart des parkings souterrains de Toulouse, avec, cerise sur le gâteau, la construction d’un parking de 400 places en haut de ces mêmes allées Jean Jaurès…
Hasard du calendrier ? Il est permis d’en douter.

Une fois de plus, le maire de Toulouse pratique un urbanisme d’opportunisme : plutôt que de construire un projet urbain, élaboré au nom des besoins immédiats et futurs des Toulousains, il préfère agir en fonction des intérêts bien compris de quelques investisseurs privés.
Vinci veut son parking ? Qu’à cela ne tienne.
Tant pis si ce parking risque d’attirer encore plus de véhicules dans le centre-ville et d’augmenter les pics de pollution. La réponse est toute trouvée : on plante quelques arbres sur l’esplanade et on la nomme « ramblas-jardin ».

Tant pis si l’intégration du projet dans le nouveau quartier Toulouse Euro Sud-Ouest n’a pas été étudiée. Quel sera le lien avec la rue Bayard, récemment réaménagée ? Comment envisager l’accès à la gare Matabiau, le lien avec le centre ville, les flux automobiles et les circulations de bus, les cheminements piétons ? Pourquoi le projet de réaménagement des boulevards est-il tombé aux oubliettes ? Autant de questions, pourtant essentielles, qui n’ont pas été posées.

Et tant pis encore si personne ne s’est préoccupé en amont de la manière dont les Toulousains allaient s’approprier cet endroit. Il y a quelques jours, le maire de Toulouse a fini par lancer un appel à idées pour animer l’esplanade. C’est une prise de conscience bien tardive. Il eut été plus judicieux d’imaginer les usages de cet espace AVANT de définir le projet et non après. Cela ne sera pas simple. En effet, comment imaginer un usage apaisé sur une esplanade étroite, bordée de voies de circulation ?

L’anticipation est une règle d’or en matière d’urbanisme.
Une règle que, manifestement, le maire de Toulouse ne connaît pas.